Le décret du 17 octobre 2019 a modifié le barème de l’aide juridictionnelle figurant à l’article 90 du décret n° 91-1266 du 19 décembre 1991 afin de prendre en compte le transfert aux juridictions administratives de droit commun du contentieux relatif aux pensions militaires d’invalidité. Il remplace la rédaction de l’article 132-2 du décret du 19 décembre 1991 par un tableau présentant le barème de rétribution des aides à l’intervention de l’avocat et insère une rétribution spécifique pour l’avocat qui assiste en France une personne arrêtée à l’étranger en application d’un mandat d’arrêt européen émis par les autorités françaises.

Le décret tire les conséquences de la décision du Conseil d’Etat du 14 juin 2018 qui a partiellement annulé l’article 118-10 du décret du 19 décembre 1991 en tant qu’il prévoit l’exposé, par le médiateur, des termes de l’accord lorsque celui-ci intervient à l’issue d’une médiation judiciaire n’ayant pas fait l’objet d’une demande d’homologation par les parties. Il permet la notification des attestations de mission aux avocats intervenant devant la Cour nationale du droit d’asile par une application informatique appelée « CNDm@t » qui sert déjà à leur communiquer les mémoires et les avis d’audience.

Le décret procède enfin à des mesures de coordination en matière d’aide juridictionnelle afin notamment de tenir compte de la suppression de la Cour nationale de l’incapacité et de la tarification de l’assurance des accidents du travail à compter du 1er janvier 2022 ou du remplacement de la Chambre nationale des huissiers de justice par la Chambre nationale des commissaires de justice.