Affaire Laurie

L’éditeur de Closer a été condamné pour avoir apposé sur l’une de ses couvertures du magazine, une photographie de Laurie accompagnée de la mention « Laurie – Sa lutte contre l’endométriose ».

Évocation fautive d’une maladie

En l’espèce, l’évocation de la prétendue maladie de Laurie ainsi que des conséquences qu’elle aurait sur sa vie intime et son impossibilité supposée à avoir des enfants relevaient incontestablement de sa vie privée. En effet, la chanteuse / comédienne ne s’est jamais exprimée publiquement au sujet d’une quelconque maladie contre laquelle elle lutterait, son soutien aux personnes souffrant d’endométriose ne permettant pas d’en déduire qu’elle en souffrirait.

Atteinte au droit à l’image

La photographie d’illustration de l’article et celle présente en page de couverture, si elles étaient manifestement posées et ne révélaient aucun élément de l’intimité de Laurie, ont été publiées sans autorisation, hors de leur contexte de fixation au soutien d’un article illicite, et de ce fait violent les droits dont elle dispose sur son image.

Contrôle de proportionnalité des juges

Les articles 8 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentale et 9 du code civil garantissent à toute personne, quelles que soient sa notoriété, sa fortune, ses fonctions présentes ou à venir, le respect de sa vie privée et de son image. L’article 10 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales garantit l’exercice du droit à l’information des organes de presse dans le respect du droit des tiers. La combinaison de ces deux principes conduit à limiter le droit à l’information du public d’une part, pour les personnes publiques, aux éléments relevant de la vie officielle, et d’autre part, aux informations et images volontairement livrées par les intéressés ou que justifie une actualité ou un débat d’intérêt général.

Ainsi chacun peut s’opposer à la divulgation d’informations ou d’images ne relevant pas de sa vie professionnelle ou de ses activités officielles et fixer les limites de ce qui peut être publié ou non sur sa vie privée, ainsi que les circonstances et les conditions dans lesquelles ces publications peuvent intervenir.

Préjudice limité

La juridiction a fortement limité le montant des dommages et intérêts accordé (2.500 €) en tenant compte de l’absence de caractère dévalorisant de l’image reproduite et de l’attitude passée de l‘intéressée qui, en exposant elle-même volontairement sa vie privée, pour des raisons qui lui appartiennent, a entretenu la curiosité du public. Laurie avait notamment livré au public des confidences relatives à ses relations amoureuses et à ses ruptures ainsi qu’à son désir de maternité, repoussant ainsi les limites de la sphère protégée de sa vie privée.

[toggles class=”yourcustomclass”]

Vous disposez d’un modèle de document juridique sur cette thématique ? Besoin d’un modèle ? Complétez vos revenus en le vendant sur Uplex.fr, la 1ère plateforme de France en modèles de contrats professionnels
Référencez votre profil sur Lexsider.com, la 1ère plateforme de mise en relation gratuite Avocats / Clients
Posez une Question Juridique sur cette thématique, la rédaction ou un abonné vous apportera une réponse en moins de 48h.
Surveillez et analysez la réputation d’une Marque (la vôtre ou celle d’un concurrent), d’une Personne publique (homme politique, acteur, sportif …) sur tous les réseaux sociaux (Twitter, Facebook …). Testez gratuitement notre plateforme de Surveillance de Marque et de Réputation numérique.
Paramétrez une alerte de Jurisprudence sur ce thème pour être informé par email lorsqu’une décision est rendue sur ce thème

[/toggles]