Délégation de Paiement

Les nouveaux modèles de Délégations de paiement sont disponibles en téléchargement.  En matière de paiement des dispositions spécifiques sont applicables à la sous-traitance : pour les marchés privés, l’entrepreneur a l’obligation d’obtenir l’accord du MO sur chaque sous-traitant sélectionné ainsi que sur les conditions de paiement de chaque contrat de sous-traitance conclu, cela, tant au moment de la conclusion du marché que pendant la durée d’exécution de celui-ci. Le sous-traitant peut également se faire connaître directement auprès du MO pour que ce dernier procède aux formalités nécessaires auprès de l’entrepreneur.

Par ailleurs, le sous traitant accepté et agréé dispose d’une action directe en paiement contre le maître de l’ouvrage. La mise en œuvre de l’action directe suppose une mise en demeure de payer par le sous-traitant à l’entrepreneur, adressée également en copie au MO.  Ce dernier procède alors au gel de l’intégralité des sommes dues à l’entrepreneur. Trente jours postérieurement à une mise en demeure restée infructueuse, le sous traitant dispose du droit au paiement direct. Concernant ce paiement et s’il y a concurrence, la jurisprudence détermine l’ordre des créanciers prioritaires selon les critères usuels.

La délégation de paiement est une exception au principe posé par la loi n° 75-1334 du 31 décembre 1975 selon lequel l’entrepreneur a l’obligation de transmettre au sous-traitant une caution personnelle et solidaire d’un établissement bancaire afin de le garantir de son paiement. Par la délégation de paiement, le MO paie directement le sous-traitant.

L’article 14 de la loi n° 75-1334 du 31 décembre 1975 dispose « à peine de nullité du sous-traité les paiements de toutes les sommes dues par l’entrepreneur au sous-traitant, en application de ce sous-traité, sont garantis par une caution personnelle et solidaire obtenue par l’entrepreneur d’un établissement qualifié, agréé dans des conditions fixées par décret. Cependant, la caution n’aura pas lieu d’être fournie si l’entrepreneur délègue le maître de l’ouvrage au sous-traitant dans les termes de l’article 1275 du code civil, à concurrence du montant des prestations exécutées par le sous-traitant. »

La délégation de paiement est également obligatoire lorsque le sous-traitant confie à un autre sous-traitant l’exécution d’une partie du marché dont il est chargé, il est alors tenu de lui délivrer une caution ou une délégation de paiement dans les conditions définies à l’article 14 de la loi n° 75-1334 du 31 décembre 1975.

Attention : selon la Cour de cassation « l’acceptation du sous-traitant et l’agrément des conditions de paiement du contrat de sous-traitance par le maître de l’ouvrage n’impliquent pas l’existence d’une délégation de paiement » (3ème ch., civ., 26 septembre 2007). La délégation parfaite suppose un acte sous seing privé ou au moins un « acte manifestant sans équivoque l’accord du maître de l’ouvrage pour la délégation» (3ème ch. civ., 14 mars 2006). Cour de cassation, Ch. civ., 2 janvier 1872 « Le créancier qui, de bonne foi, a accepté au lieu et place de son débiteur qu’il a libéré, une autre personne capable de s’obliger, laquelle s’est engagée envers lui sans condition, a désormais action contre le nouveau débiteur ainsi substitué au premier quelle que soit la nature des rapports juridiques ayant existé entre l’ancien et le nouveau débiteur. Par suite, le délégué ne peut s’affranchir de son engagement envers le délégataire sous le seul prétexte que, par erreur, il se serait cru obligé lui-même envers le délégant, ou que son obligation envers ce dernier aurait été déclaré nulle par une décision passée en force de chose jugée »

 

Vous avez recherché: