[well type=””][icon type=”fa fa-cube” color=”#dd3333″] Réflexe juridique  

Un employeur n’est pas en droit d’utiliser les photographies prises de ses salariés à d’autres fins que celles ayant conditionné les prises de vue. [/well]

Action en référé prud’homal

Ayant appris par deux anciens clercs, que son employeur contre lequel elle était en litige devant le Conseil de prud’hommes, avait constitué un dossier avec des photographies sur lesquelles elle était reconnaissable (pièces produites afin de d’établir la bonne ambiance dans la société), une ancienne clerc a saisi la formation de référé du conseil de prud’hommes litigieux (article R 1455-5 du code du travail) aux fins de voir retirer des dossiers prud’homaux les clichés.

Finalité de l’autorisation donnée

Au sens de l’article 9 du Code civil et la jurisprudence qui s’y rattache, toute personne dispose sur son image, partie intégrante de sa personnalité, d’un droit exclusif qui lui permet de s’opposer à sa fixation, sa reproduction ou à son utilisation sans autorisation préalable. Les juges peuvent, sans préjudice de la réparation du dommage subi, prescrire toutes mesures, telles que séquestre, saisie et autres, propres à empêcher ou faire cesser une atteinte à l’intimité de la vie privée: ces mesures peuvent s’il y a urgence, être ordonnées en référé.

En l’espèce, les photographies litigieuses ont été prises par d’autres salariées de l’étude, soit dans un lieu public, soit au sein de l’étude, et ont été versées au dossier de l’employeur, sans l’autorisation de l’ancienne salariée afin d’illustrer l’inexistence dans l’entreprise de la situation de harcèlement invoquée.

L’utilisation de cette image, au surplus dans un contexte différent que celui pour lequel il a été réalisé, sans aucun rapport avec la finalité de la captation des images, nécessitait l’autorisation de l’ancienne salariée, sans que l’employeur puisse valablement se prévaloir de la nécessité de la production de ces photographies dans le cadre de la preuve lui incombant, alors qu’elle n’était pas indispensable à l’exercice de ses droits.

Mesures ordonnées

Il appartient au juge des référés de prendre la mesure adéquate afin de faire cesser l’atteinte retenue. En l’espèce, il a été ordonné à la SCP de procéder au floutage du visage de son ancienne salariée, de façon à ce qu’elle ne soit pas identifiable. Le préjudice subi par la salariée, limité en raison de la diffusion restreinte des images, a été réparé par l’allocation de la somme de 500 € à titre de provision sur dommages et intérêts.

[toggles class=”yourcustomclass”]

Vous disposez d’un modèle de document juridique sur cette thématique ? Besoin d’un modèle ? Complétez vos revenus en le vendant sur Uplex.fr, la 1ère plateforme de France en modèles de contrats professionnels

Référencez votre profil sur Lexsider.com, la 1ère plateforme de mise en relation gratuite Avocats / Clients

Posez une Question Juridique sur cette thématique, la rédaction ou un abonné vous apportera une réponse en moins de 48h.

Surveillez et analysez la réputation d’une Marque (la vôtre ou celle d’un concurrent), d’une Personne publique (homme politique, acteur, sportif …) sur tous les réseaux sociaux (Twitter, Facebook …). Testez gratuitement notre plateforme de Surveillance de Marque et de Réputation numérique.

Paramétrez une alerte de Jurisprudence sur ce thème pour être informé par email lorsqu’une décision est rendue sur ce thème

[/toggles]