Image des stars : affaire Scarlett Johansson

Assurance audiovisuelle et indemnisation 
Assurance audiovisuelle et indemnisation 

 

Roman évoquant les stars

 

L’actrice américaine Scarlett Johansson n’a pas obtenu gain de cause dans son action pour atteinte à son droit à l’image contre l’éditeur d’un roman dans lequel la vie professionnelle et personnelle de l’actrice était largement évoquée. Les seuls brefs propos poursuivis au titre de l’atteinte au respect de la vie privée de l’actrice, ne sauraient caractériser “l’exploitation frauduleuse” de son image “à des fins mercantiles, pour les besoins de la commercialisation de l’ouvrage” en cause. L’exploitation frauduleuse du nom et de la notoriété de l’actrice n’a pas non plus été retenue.

Vie privée des stars

Toutefois, le fait pour Scarlett JOHANSSON de se voir prêter deux relations sentimentales sur lesquelles elle ne s’est jamais exprimée, présentées comme officielles et qualifiées, l’une de “passade parisienne sans grande conviction”, et l’autre de “passade express”— avant que ne soit évoquée une troisième passade, celle-là “notoire” et dont la mention n’est pas poursuivie — est de nature à présenter la demanderesse sous un jour qui peut légitimement lui apparaître blessant et dévalorisant.

En réparation du préjudice moral ainsi subi et compte tenu notamment de l’importance de la diffusion de l’ouvrage litigieux, plus de 100 000 exemplaires, mais également du fait que Scarlett JOHANSSON accepte de communiquer sur sa vie affective et sur les relations amoureuses entretenues avec certains hommes — dont Ryan REYNOLDS, Sean PENN, Nate NAYLOR, Romain DAURIAC —  il lui a été alloué, à titre de dommages et intérêts, la somme  de 2500 euros.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*