Assurance audiovisuelle et indemnisation 

Contrat de Formateur : un CDD d’usage  

Le contrat de Formateur est le plus souvent conclu dans un secteur d’activité ou il est d’usage constant de ne pas recourir au contrat de travail à durée indéterminée en raison de la nature de l’activité exercée et du caractère par nature temporaire de cet emploi (mais aussi en raison du caractère temporaire de la mission confiée au Formateur).    

Recours au Contrat de Formateur  

Le recours au contrat de Formateur (CDD d’usage) est justifié :   

– par des actions limitées dans le temps requérant des intervenants salariés dont les qualifications ne sont pas normalement mises en oeuvre dans les activités de formation de l’organisme ;  

– par des missions temporaires et en raison de la dispersion géographique des stages, de leur caractère occasionnel ou de l’accumulation des stages sur une même période ne permettant pas de recourir à un effectif permanent habituel.  

Limites du Contrat de Formateur  

Le contrat n’a toutefois pas pour objet ni pour effet de pourvoir durablement un emploi lié à l’activité normale et permanente de l’Employeur ou de l’Organisme de formation.  

Les annexes du Contrat de Formateur  

Il est recommandé d’annexer au contrat de Formateur un profil de poste se référant aux compétences du Formateur. La description des emplois exercés dans un organisme de formation se fait à partir des compétences nécessaires à l’ensemble de l’organisme pour assurer son activité.  

Contrat de Formateur
Contrat de Formateur

Les critères de classement  

Critères classants : Ces critères s’appliquent pour établir le positionnement des salariés dans les emplois.  

L’autonomie : niveau d’intensité dans le temps (constante, fréquente, ponctuelle), le niveau d’étendue fonctionnelle (ensemble des tâches ou certains aspects), le degré de distance par rapport au contrôle (loin ou proche), la fréquence du contrôle (général, à chaque étape).  

La responsabilité : elle s’apprécie par l’importance des initiatives du salarié, l’enjeu dans l’entreprise des activités du salarié, le degré d’implication dans l’entreprise, le niveau de délégation en matière d’animation d’équipe, de représentation, de négociation, de signature, de budget.  

La formation.  

L’expérience professionnelle.  

La polyvalence des compétences : elle s’apprécie par la variété et l’étendue des compétences mises en oeuvre dans l’emploi.   

L’approfondissement des compétences : elle conduit à la maîtrise d’un domaine spécifique.  

Compétences des emplois de formateur  

Les métiers de la branche, décrits par la grille de classification, et en particulier celui de formateur, connaissent des évolutions qu’il importe de préciser par une description des compétences qu’ils requièrent. Elles sont classées en trois ensembles décrivant l’acte pédagogique, son environnement, les délégations attribuées au formateur.  

Compétences pédagogiques fondamentales : Faire acquérir des savoirs, des savoir-faire et des savoir-être inscrits dans une progression pédagogique au moyen de techniques éducatives appropriées, en s’adaptant en permanence au public, en appréciant ses besoins, en régulant les phénomènes de groupe ou relations individuelles.  

Manipuler et mettre en oeuvre les concepts, méthodes, matériels et équipements dans le cadre d’applications pédagogiques spécifiques.  

Etablir des comptes rendus et bilans pédagogiques.  

Nota. – La polyvalence pédagogique s’apprécie par la variété des contenus, des scénarios pédagogiques, des publics, des outils pédagogiques et des techniques éducatives maîtrisées.  

Compétences pédagogiques associées : Il s’agit de compétences proches des compétences fondamentales qui peuvent être structurées dans l’entreprise dans le cadre de métiers et d’emplois spécifiques. Elles peuvent aussi enrichir la fonction du formateur dans le cadre d’une polyvalence générale :  

– analyser la demande de formation ;

– évaluer les prérequis et les compétences terminales ;

– élaborer les programmes de formation ;

– définir un contenu pédagogique ;

– construire des parcours individualisés et en assurer le suivi ;

– participer à l’élaboration de méthodes et d’outils pédagogiques ;

– accueillir, informer, renseigner les publics ;

– orienter, sélectionner les stagiaires à l’entrée d’un cycle de formation ;

– encadrer et suivre des stagiaires dans le cadre de formations, soit individualisées, soit en alternance, soit associées à une insertion professionnelle ou sociale ;

– assurer le parrainage de nouveaux formateurs.  

Compétences institutionnelles : Il s’agit de compétences plus éloignées des compétences pédagogiques fondamentales. Elles supposent souvent une responsabilité et une autonomie marquée:  

entretien de relations avec l’environnement institutionnel ou professionnel ;

– participation à la commercialisation des actions ;

– analyser les besoins de l’entreprise cliente et négocier des cahiers des charges ;

– évaluer les coûts de la formation ;

gérer le budget attribué à une action, dans un cadre de dépenses donné ;

– coordination d’équipe ;

– formation de formateurs. 

Téléchargez ce Modèle complet de Contrat de Formateur (15 pages, Format Word)

[paiddownloads id=”70″]

Suivez l’actualité du Droit de la Formation profesionnelle sur Actoba.com

 

 

Vous avez recherché: